Trouver l’aspect positif du COVID-19

Trouver l’aspect positif du COVID-19

Cette histoire racontée par Bernadette Taggio a été publiée sur le site de ProctorGallagherInstitute en anglais.

Je l’ai traduite pour vous car je trouve que c’est une très belle histoire.

Je pense également que ce genre d’histoire peut vous aider à comprendre comment intégrer les lois fondamentales du développement personnel dans votre vie personnelle ou professionnelle.

Voici l’histoire ci-dessous :

Diriger une petite entreprise en 2020 est DIFFICILE.

Diriger une petite entreprise de vente au détail en 2020 est beaucoup plus difficile. Et gérer une petite entreprise de services en 2020 peut sembler IMPOSSIBLE.

Ma mère et moi possédons et gérons King’s Crown, une entreprise de soins pour hommes à Toronto. Nous proposons aux hommes une sélection de produits de soins et de produits de bien-être de provenance internationale dans notre studio et sur notre site web.

Notre site web a été lancé en 2014, et notre premier salon de soins, qui propose tout, de la coupe de cheveux et des soins de la barbe aux soins des mains et des pieds, a ouvert ses portes dans le prestigieux Bayview Village en octobre 2015.

Comme toute petite entreprise, nous nous sommes battus pour ce que nous avions, en faisant de notre mieux à chaque interaction avec le client. Nous avons eu quelques bosses et des bleus en cours de route, mais, pour la plupart, nous avons gagné !

Puis, en novembre 2019, nous avons ouvert notre deuxième studio au 5e étage du magasin phare de la Baie d’Hudson, sur Queen Street. Nous avions deux studios et une entreprise en ligne.

Nous étions en pleine croissance !

Mais au début du mois de mars 2020, les écrits étaient sur le mur : COVID-19 se répand rapidement, et il pourrait être mortel.
Le 16 mars, avant le décret de fermeture du gouvernement, ma mère et moi avons pris l’une des décisions des plus difficiles à ce jour. Nous devions fermer temporairement les studios.

Notre concurrence pouvait-elle s’interposer et prendre nos clients ? Peut-être. Pourrions-nous perdre beaucoup d’affaires ? Bien sûr. En fin de compte, nous savions que pour protéger nos employés et nos clients, c’était la décision responsable à prendre.

Avec le cœur lourd, nous avons licencié tous nos employés. Nous les avons aidés à postuler aux programmes gouvernementaux nécessaires et nous leur avons apporté notre soutien de toutes les manières possibles, notamment en couvrant 100 % de leurs prestations de santé et en rédigeant des lettres à leurs propriétaires pour les aider à demander une réduction de loyer. Nous sommes restés en contact et nous nous sommes rendus disponibles pour les soutenir, eux et leurs familles.

Le 19 mars, les deux studios étaient fermés et nous n’avions aucune idée de ce qui nous attendait. Au début, nous pensions que ce serait pour quelques semaines, puis nous pourrons tout rouvrir. Mais à la fin de la semaine, nous savions que c’était beaucoup plus grand que ce que nous avions imaginé.

Nous avons continué à communiquer avec nos clients par courrier électronique, téléphone et SMS. Nous essayions de tenir tout le monde au courant et de voir s’ils avaient besoin d’aide.

Les clients nous ont dit qu’ils avaient besoin de désinfectant pour les mains et de gants jetables pour assurer leur sécurité et celle de leur famille. Comme ces produits étaient déjà des articles de base dans les studios, nous savions où en trouver. Nous avons appelé nos fournisseurs et nous nous sommes assurés de l’origine de ces produits.

Nous avons mis les produits sur notre site web et commencé à envoyer des courriels à nos clients pour leur faire savoir ce qui était disponible. Nous vendions des bouteilles de désinfectant pour les mains d’un litre, des gants jetables et des masques en ligne et nous expédiions le tout.

Nous avons joint à chaque commande une note manuscrite remerciant nos clients pour leur soutien. Nous avons également inclus des échantillons gratuits d’autres produits qu’ils aimeraient peut-être, pour voir apparaître un sourire sur leur visage au milieu du chaos.

Il y avait un peu d’argent qui rentrait, mais rien par rapport à ce que nous faisions avant. Notre loyer commercial (sans parler des autres dépenses) se profilait à l’horizon, et nos employés étaient toujours licenciés.

La nuit, nous avions essayé de trouver ce que nous pouvions faire pour survivre – nous étions en mode survie, et ce n’était pas amusant. Entre les commandes en ligne et la préparation de l’ouverture des studios, nous travaillions plus dur que jamais, avec peu de rendement.

En juin, après trois mois de fermeture, on nous a finalement donné le « feu vert » pour ouvrir nos portes, et nous l’avons fait ! Nous avons réembauché tout le monde et nous avons travaillé plus dur que jamais, en désinfectant les surfaces toutes les 15 minutes, et avant et après chaque client.

Les zones de service étaient soit séparées de six pieds, soit nous avions des cloisons sur mesure pour diviser les stations qui ne pouvaient pas être séparées. Nous avons commandé des capes jetables et nous nous sommes assurés que chaque client en avait une nouvelle. Le prix des gallons d’alcool (un désinfectant courant) avait plus que doublé, et nous utilisions plus que jamais du désinfectant pour les mains. Le coût des affaires était monté en flèche.

Au bout de trois semaines environ, les affaires ont chuté. Les clients ne venaient plus aussi souvent, car beaucoup ne se rendaient toujours pas au bureau. Nous étions ouverts, mais nous étions toujours en mode de survie, sans fin en vue.

Après une autre discussion sur « qu’allons-nous faire », ma mère a eu une idée : pourquoi ne pas appeler Bob Proctor pour voir ce qu’il a à dire?

Bob était un de nos clients de longue date et très apprécié. J’étais déjà en contact avec lui pour organiser et réorganiser sa coupe de cheveux, en m’assurant qu’il avait une place réservée dès que nous pourrions ouvrir. J’ai donc appelé Bob avec une petite demande : J’ai des difficultés et j’ai besoin d’aide, pouvons-nous nous rencontrer ?

À ma grande surprise, Bob a accepté. Il m’a gracieusement accordé une heure de son temps. La réaction de Bob a été simple : vous attirez ce sur quoi vous vous concentrez. Trouvez le bon côté des choses et concentrez-vous dessus.

Au début, ça m’a paru fou. Il n’y avait rien de bon qui venait du COVID-19- RIEN!

Cependant, après réflexion, j’ai commencé à trouver plusieurs pépites d’or dans ma situation.

Pour n’en citer que quelques-unes, j’ai pu dîner avec mon partenaire tous les soirs – un luxe que je n’avais qu’une ou deux fois par semaine auparavant. Cela m’a permis de me concentrer sur le commerce en ligne et de le relancer. Nous avons réduit toutes nos dépenses et trouvé des moyens nouveaux et innovants pour économiser de l’argent.

Ce combat n’est pas terminé, mais en prenant le contrôle de mes pensées et en me concentrant sur les choses positives, cela m’a aidé à « surmonter la tempête » et le stress!

Nous sommes reconnaissants à Bob et à nos employés d’avoir gardé leur confiance en nous et en tous les clients qui nous ont témoigné un soutien incommensurable en « faisant du petit commerce » et en soutenant les entreprises locales. Nous payons et faisons de même, en choisissant de dépenser notre argent avec des entreprises locales qui nourrissent et construisent notre communauté.

Ce dont je suis sûre, c’est que cela aussi passera, et je serai plus forte grâce à cela. Je me souviendrai toujours du pouvoir des bons mentors, de la pensée positive et, bien sûr, des éraflures et des bleus qui m’ont permis de m’ouvrir et de tirer de précieuses leçons de vie en cours de route.

Qu’avez-vous fait pendant la période du COVID-19?

Avez-vous pu voir le côté positif et vous concentrer dessus?

Racontez votre histoire dans les commentaires ci-dessous

Visualisez sans action ne produit aucun résultat

Voici un article que Jim Rohn avait écrit et que j’ai traduit en français. Je trouve que cet article est d’actualité. Nombreuses sont les personnes que je côtoie et que je coache et qui malheureusement n’ont pas encore compris que les affirmations positives ne sont là que pour nous donner le punch nécessaire afin que nous nous mettons en action.

Je vous laisse savourer l’article :

L’action est l’ingrédient qui assure des résultats. Seule l’action peut provoquer une réaction. En outre, seule une action positive peut entraîner une réaction positive.

L’action

Le monde entier aime à regarder ceux qui font bouger les choses, et les récompense pour provoquer des vagues d’activités productives.

J’insiste sur ce point parce qu’aujourd’hui, je vois beaucoup de personnes qui pratiquent des affirmations. Et pourtant, il y a un dicton célèbre: «La foi sans action ne sert à rien.” Comme c’est vrai!

Je n’ai rien contre les affirmations si on s’en sert comme un outil afin de créer une action. Répétées pour renforcer un plan rigoureux, les affirmations peuvent aider à créer de merveilleux résultats.

Mais il y a aussi une ligne très mince entre la foi et la folie. Vous voyez, les affirmations sans actions peuvent être le début d’une illusion. Et pour votre bien-être, il n’y a pas pire que s’illusionner.

L’homme qui rêve de richesse et qui pourtant se dirige chaque jour vers un désastre financier ou la femme qui désire le bonheur mais à des pensées et agit de sorte que ses pensées et ses actions la mènent vers le désespoir. Tous les deux sont victimes de faux espoir que des affirmations sans actions peuvent produire. Pourquoi? Parce que les mots apaisent et, comme un narcotique, ils nous endorment dans un état de complaisance. Rappelez-vous ceci: Pour progresser, vous devez réellement commencer !

La clé est de faire un pas de plus aujourd’hui. Quel que soit votre projet, commencez dès aujourd’hui. Commencer à nettoyer un tiroir de votre bureau que vous avez nouvellement réorganisé… aujourd’hui.. Etablissez votre premier objectif … aujourd’hui. Commencer à écouter des programmes de motivation … aujourd’hui. Démarrer votre plan de perte de poids … aujourd’hui. Commencez à appeler un client difficile … aujourd’hui. Commencer à mettre de l’argent dans votre nouveau compte «Plan d’investissement pour votre fortune” … aujourd’hui. Écrivez la lettre que vous remettiez à plus tard … aujourd’hui. N’importe qui peut ! Même une personne ordinaire peut commencer à lire des livres motivants.

Créer l’élan nécessaire à votre nouvel engagement pour vivre une belle vie. Voyez combien d’activités vous pouvez accumuler afin de concrétiser votre nouvel engagement pour une vie meilleure. Sortez ! Rompez avec cette pesanteur qui vous pousse vers le bas. Démarrez vos propulseurs. Prouvez-vous que la phase de l’attente est terminée et que celle de l’espoir est passée, que maintenant, la foi et l’action vous prennent en charge.

C’est un nouveau jour, un nouveau départ pour votre nouvelle vie. Avec la discipline, vous serez étonné de voir combien de progrès vous serez en mesure de faire. Qu’avez-vous à perdre, sauf la culpabilité et la peur du passé?

Maintenant, je vous propose ce défi: Voyez combien de choses vous pouvez commencer et persévérez, C’est le premier jour de votre nouveau départ.

Envie de savoir comment vous pourriez transformer vos pensées, en action, puis en résultats ?

Rien de plus facile, prenez action dès aujourd’hui et inscrivez-vous dans Big Idea Mastermind et nous vous aideront à réussir quelque soit votre objectif ou quelque soit le domaine dans lequel vous êtes.

James Allen dans l’homme est le reflet de ses pensées

James Allen dans l’homme est le reflet de ses pensées

Qui est James Allen ?

James Allen demeure un mystère dans le monde littéraire. Ses écrits inspirés ont influencé des millions de personnes. Pourtant, aujourd’hui, il reste presque inconnu… Aucun de ses dix-neuf livres ne nous donne un indice quant à sa propre vie sinon que de parler de son lieu de résidence à Ilfracombe, en Angleterre.

James Allen - Etude autour du livre l'homme est le reflet de ses pensées

James Allen – Etude autour du livre l’homme est le reflet de ses pensées

Son nom ne peut être trouvé dans aucun ouvrage de référence majeur. Ni la Bibliothèque du Congrès, ni le Musée Britannique ne révèlent grande chose à son sujet.

James Allen est né à Leicester, au Centre de l’Angleterre, le 28 Novembre 1864. L’activité familiale fit faillite endéans les quelques années qui suivirent et en 1879, son père partit pour l’Amérique dans le but de pallier à ses pertes. Allen Senior espérait s’installer aux Etats-Unis, mais il se fit voler et assassiner avant de pouvoir y faire venir sa famille.

Malheureusement, la carrière littéraire de James Allen fut courte. Elle ne dura que neuf ans, jusqu’à son décès en 1912. Au cours de cette période, il écrivit dix-neuf livres résultant d’un riche écoulement d’idées qui ont continué à vivre pour inspirer les générations futures.

Ses journées à Ilfracombe commençaient par une marche à l’aube jusqu’au cairn, un endroit pierreux sur la colline qui surplombait son domicile et la mer. Il y restait pendant une heure dans la méditation, puis revenait à la maison et écrivait. Les après-midi étaient consacrés au jardinage, un passe-temps dont il jouissait. Ses soirées consacrées à la conversation avec ceux qui étaient intéressés par son travail.

James Allen insiste sur la puissance de l’individu à former son propre caractère et à créer son propre bonheur. La pensée et le caractère sont un, dit-il, et comme un personnage ne peut se manifester et se découvrir qu’à travers l’environnement et les circonstances, les conditions extérieures de la vie d’une personne se trouveront toujours être harmonieusement liées à son état intérieur.

Cela ne signifie pas que la situation d’un homme à un moment donné est une indication de son caractère entier, mais que ces circonstances sont si intimement liées à un élément essentiel de ses pensées qu’elles sont pour le moment indispensables à son développement.

James Allen essaye de nous faire penser – même si nous aurions préféré faire autre chose. Il nous dit comment la pensée mène à l’action. Il nous montre la façon de transformer nos rêves en réalité …… Et ceci est une philosophie qui a fait le succès de millions de personnes.

Nous devenons spirituellement riches, écrit James Allen, lorsque nous découvrons que l’aventure provient de l’intérieur vers l’extérieur; lorsque nous prenons conscience de notre unité avec la vie, lorsque nous apprenons à connaitre le pouvoir de la méditation, lorsque nous l’expérimentons notre relation avec la nature.

James Allen commence son livre avec ce merveilleux poème :

L’esprit est la force suprême qui façonne et pétrit,
L’homme est esprit, il utilise toujours
L’outil de la pensée et en modelant ses propres désirs,
Il engendre mille joies, mille malheurs.
Il pense en secret, et il advient
Que son environnement n’est que son propre miroir.

Et termine avec :

Âmes tourmentées, où que vous soyez, quelles que soient vos conditions de vie, sachez ceci – dans l’océan de la vie, les îles de la joie vous sourient, le littoral ensoleillé de votre idéal attend votre venue. Tenez vos mains bien fermes sur les rênes de vos pensées. Votre âme crie tandis que le maître repose ; il ne fait que sommeiller ; réveillez-le. La maîtrise de soi est une force ; la pensée juste est un art ; le calme est synonyme de pouvoir. Dites à votre cœur : « Sois en paix, sois calme ! »

Le message de James Allen est un message d’espoir au milieu même de la confusion. Oui, dit-il, l’humanité est écartelée par le doute et l’angoisse, emportée par ses passions tumultueuses. Seul l’homme sage, celui dont les pensées sont contrôlées et purifiées, fait en sorte que les vents et les tempêtes de son âme lui obéissent.

James Allen nous enseigne deux vérités essentielles : nous sommes aujourd’hui là où nos pensées nous ont menés, et nous sommes les architectes – pour le meilleur et pour le pire- de notre avenir.

 Voici le chef d’oeuvre de James Allen

L’homme est le reflet de ses pensées

Si la seule image que nous avons de nous-mêmes nous vient du miroir social (paradigme social actuel, opinions, perceptions et paradigmes de ceux qui nous entourent), nous nous voyons alors comme dans un miroir déformant. “Vous êtes toujours en retard!” “Tu ne peux jamais tenir tes affaires en ordre!” “Tu manges comme quatre!” “C’est tellement simple, pourquoi est-ce que tu ne comprends pas?”

Les visions qu’expriment ces phrases sont incohérentes et disproportionnées. Elles correspondent davantage à des projections qu’à des réflexions, des projections, des préoccupations et des faiblesses de ceux qui nous fournissent ces informations plutôt que le reflet précis de ce que nous sommes.

Qui sommes-nous? Comment pouvons-nous être le reflet de notre pensée?

La seule façon pour vous de réussir est de remettre en question vos croyances;

  • De comprendre le fonctionnement de votre pensée,
  • La formation de vos croyances, de votre image de soi

Ainsi vous pourrez à ce moment-là modifier vos pensées afin d’obtenir les résultats que vous désirez.

Oui, je sais que vous avez certainement déjà lu ce livre et que vous avez indubitablement lu d’autres livres en développement personnel, écouté des CDs ou assisté à des séminaires, que ce soit pour réaliser vos objectifs, améliorer votre image personnelle, rétablir votre estime de soi.

Mais pourquoi n’arrivez-vous à avoir les résultats que vous souhaitez? Que se passe-t-il lorsque vous lisez des livres qui vous motivent ou que vous écoutez des CDs ?

Dans la majorité des cas, pas grand-chose !

Ce n’était qu’un feu de paille, car vous en tirez une étincelle d’énergie, d’enthousiasme, puis retombez dans le statu quo.

Existe-t-il vraiment UNE SOLUTION ?

OUI ! Elle est simple, très simple ! Et quoi que vous fassiez, vous ne pourriez pas vous y soustraire. Elle se résume entièrement à ceci : VOUS ETES LE REFLET DE VOS PENSÉES.

Vous souhaitez mettre un terme à tout ce chaos et vraiment bâtir la vie que vous méritez, alors voici votre première étape, étudiez l’homme est le reflet des ses pensées grâce à cette formation gratuite que j’ai mis en place pour vous.

 

Je suis le plus grand miracle de la nature d’après le livre « le plus grand vendeur » d’Og Mandino

Je suis le plus grand miracle de la nature d’après le livre « le plus grand vendeur » d’Og Mandino

Je suis le plus grand miracle de la nature est le 14 ème chapitre du livre « Le plus grand vendeur du Monde » d’Og Mandino. Je pense que lire ce chapitre en particulier permet à tout personne qui est dans la vente de voir son estime de soi grandir, en tout cas, c’est ce qu’il l’a fait pour moi.

Je vous laisse donc lire et relire: Je suis le plus grand miracle de la nature.

Depuis que le monde est monde, nul autre que moi n’a possédé mon esprit, mon cœur, mes yeux, mes oreilles, mes mains, mes cheveux et ma bouche. Aucun de ceux qui sont venus avant moi, aucun de ceux qui vivent aujourd’hui, et aucun de ceux qui viendront demain ne peut marcher, s’exprimer, bouger ou agir exactement comme moi. Tous les êtres humains sont mes frères, mais chacun d’eux est différent de moi. Je suis une créature unique.

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Bien qu’appartenant au règne animal, les récompenses qu’on offre aux animaux ne parviennent pas à me satisfaire. En moi brûle une flamme transmise de génération en génération, et sa chaleur aiguillonne sans cesse mon esprit pour que je devienne meilleur que je ne le suis, et je le deviendrai. J’attiserai cette flamme d’insatisfaction et je proclamerai mon caractère unique au monde.

Personne ne peut reproduire exactement mon coup de pinceau, ni ciseler au burin comme moi ; personne ne peut copier mon écriture à la perfection, ni ne peut donner naissance à mon enfant et, en vérité, personne d’autre ne possède les mêmes aptitudes de vente que moi. Désormais, je tirerai parti de ces différences car ce sont des atouts que je dois promouvoir au plus haut point.

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Je n’essaierai pas par de vaines tentatives d’imiter les autres. Au lieu de cela, j’afficherai sur la place du marché mon caractère unique. Je le proclamerai, oui je le vendrai. Je commencerai dès maintenant à mettre l’accent sur mes différences et à dissimuler mes ressemblances. J’appliquerai également ce principe aux produits que je vends. Un vendeur, comme ses produits, est différent de tous les autres et fier de l’être.
Je suis une créature unique de la nature.

Je suis un être rare et tout ce qui est rare a de la valeur ; pour cette raison, je suis précieux. Je suis l’aboutissement de milliers d’années d’évolution. Par conséquent, je suis mieux outillé physiquement et mentalement que tous les empereurs et tous les sages qui m’ont précédé.

Mais mes aptitudes, mon cœur, mon corps et mon esprit stagneront, se dessécheront et périront si je n’en fais pas bon usage. Je suis pourvu d’un potentiel illimité. Je n’utilise qu’une infime parcelle de mon esprit et je n’en traîne que quelques-uns de mes muscles. Je peux multiplier par cent mes réalisations d’hier et les accroître davantage. Et c’est ce que je ferai à partir d’aujourd’hui.

Plus jamais je ne me contenterai de mes accomplissements d’hier et je ne me laisserai plus jamais aller également à faire l’éloge de moi-même à propos de gestes qui en réalité sont trop insignifiants pour que l’on s’y attarde. Je peux accomplir bien plus que ce que j’ai réalisé jusqu’ici et je le ferai ! Car pourquoi donc le miracle de ma naissance cesserait-il avec ma venue au monde ? Pourquoi ne pourrais-je pas étendre ce miracle à mes actes d’aujourd’hui ?

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Je ne suis pas sur cette terre par hasard. J’y suis pour réaliser un objectif bien précis : celui de croître aussi haut qu’une montagne et non pas de me faire tout petit comme un grain de sable. Dorénavant, je déploierai tous mes efforts afin de devenir la plus haute de toutes les montagnes et j’utiliserai mon potentiel jusqu’à la limite de mes forces.

J’approfondirai rigoureusement mes connaissances de l’humanité, des produits que je vends et de moi-même afin de multiplier mes ventes. Je m’exercerai, j’améliorerai et je polirai les mots que je prononce pour vendre mes marchandises, car c’est là la base sur laquelle je construirai ma carrière. Jamais je n’oublierai que nombreux sont ceux qui ont connu richesse et réussite à l’aide d’arguments de vente magistralement exposés. De plus, je chercherai sans cesse à améliorer ma présentation à de telles qualités. Ne dit-on pas : « on ne prend pas les mouches avec du vinaigre »

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Je concentrerai mon énergie sur le défi de l’instant présent et j’oublierai tout le reste dans le feu de l’action. Mes soucis familiaux devront demeurer à la maison. Il ne faut pas que mes pensées soient obnubilées par ma famille quand je serai au travail. De même, les problèmes relatifs à mon travail devront rester au travail car si je ne songe qu’à ma carrière à mon retour au bercail, cela risque de refroidir et freiner mon amour.
Ma famille n’a pas sa place à mon travail, pas plus que mon travail n’a sa place à la maison. Pour pouvoir garder les liens intacts avec les deux, je les séparerai l’un de l’autre. Ils doivent restés séparés sinon ma carrière est vouée à l’échec. C’est là le paradoxe des âges, un conflit éternel.

Je suis le plus grand miracle de la nature.

On m’a donné des yeux pour voir et un esprit pour réfléchir. A présent je connais un des grands secrets de la vie car je perçois enfin que toutes mes difficultés, mes découragements et mes tourments ne sont en fait que de splendides opportunités déguisées. Je ne me laisserai plus tromper par les apparences car maintenant mes yeux sont ouverts. Je regarderai au-delà du vêtement que les gens portent et je ne serai pas déçu.

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Aucune bête, aucune ne plante, aucun vent, aucune pluie, aucun roc, aucun lac n’a eu un début comme le mien, car j’ai été conçu avec amour et je suis venu au monde avec un but bien précis. Dans le passé, je n’ai nullement tenu compte de ce fait mais il façonnera et guidera désormais ma vie.

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Et la nature ne connaît pas la défaite. Elle finit toujours par sortir victorieuse et je ferai de même. Et fort de chaque victoire, le prochain combat sera moins difficile.
Je gagnerai et je deviendrai le plus grand vendeur du monde, car je suis unique.

Je suis le plus grand miracle de la nature.

Comment prendre une décision

Comment prendre une décision

Qu’est-ce qu’une décision?

Il y n’a qu’une seule activité mentale que vous pouvez faire et qui, en un millième de seconde, vous permettra de résoudre d’énormes problèmes. Elle a la capacité d’améliorer presque toutes les situations personnelles ou professionnelles que vous puissiez un jour rencontrer … et elle pourrait littéralement vous propulser sur la voie d’un incroyable succès. Nous avons un nom pour cette activité mentale magique… Nous l’appelons: la décision.

Les décisions ou l’absence de décisions sont responsables de mettre fin à une carrière ou de son lancement. Les personnes qui sont devenues très compétentes dans la prise de décision sans être influencées par les opinions des autres, sont les mêmes personnes dont les revenus annuels se répartissent dans la catégorie des six et sept chiffres.

Toutefois,Décision ce n’est pas seulement votre revenu qui est affecté par les décisions; toute votre vie est dominée par ce pouvoir. La santé de votre corps et esprit, le bien-être de votre famille, votre vie sociale, le type de relations que vous développez… tous dépendent de votre capacité à prendre des décisions avisées.

On pourrait penser qu’une chose aussi importante que la prise de décision, un tel pouvoir de grande envergure serait enseigné dans toutes les écoles, mais ce n’est pas le cas. Pour intensifier le problème, non seulement la prise de décision est absente du curriculum de nos établissements d’enseignement, jusqu’à tout récemment, mais elle est également absente dans la plupart des programmes de formation d’entreprises et des ressources humaines disponibles.

Peut-on développer l’aptitude à prendre une décision rapidement?

Alors, comment une personne devrait-elle développer cette capacité mentale? Tout simplement, vous devez apprendre à le faire vous-même. Cependant, je pense qu’il est important de comprendre qu’il n’est pas difficile d’apprendre comment prendre de sages décisions. Armé de la bonne information et en vous soumettant à certaines disciplines, vous pouvez devenir un décideur très efficace.

Vous pouvez pratiquement éliminer les conflits et la confusion dans votre vie en devenant compétent dans la prise de décisions. Elle fait régner l’ordre dans votre esprit et, bien sûr, cet ordre est ensuite traduit dans votre monde objectif en vos résultats.

James Allen était peut-être en train de penser au thème de la décision lorsqu’il a écrit:

Nous pensons en secret et il advient que notre environnement n’est que notre  propre reflet.

En effet personne ne peut vous voir prendre des décisions, mais presque toujours nous pouvons voir les résultats de vos décisions. La personne qui ne parvient pas à développer sa capacité à prendre des décisions est condamnée parce que l’indécision met en place des conflits internes qui peuvent, sans escalade, dégénérer en guerres tous azimuts, mentale et émotionnelle. Les psychiatres ont un nom pour décrire ces guerres internes, c’est l’ambivalence. Mon Dictionnaire Larousse me dit que cette ambivalence est la coexistence en une seule personne de sentiments opposés vers le même objectif.

Vous n’avez pas besoin d’un doctorat en psychiatrie pour comprendre que vous allez avoir des difficultés dans votre vie en permettant à votre esprit de rester dans cet état ambivalent indépendamment de la période de temps. La personne qui permet cette ambivalence deviendra très découragée et presque incapable de tout type d’activité productive. Il est évident que toute personne qui se trouve dans un tel état mental ne vit pas, au mieux, elle existe simplement. Une décision, ou une série de décisions, devrait tout changer.

Une loi très fondamentale de l’univers est «de créer ou de se désintégrer». L’indécision entraîne la désintégration. Combien de fois avez-vous entendu une personne dire: «Je ne sais pas quoi faire. » Combien de fois vous êtes-vous dit: «Que dois-je faire? » Pensez à quelques-uns des sentiments contradictoires que presque tout le monde sur cette planète expérimente de temps à autre.

LES AIMER – LES LAISSER

PARTIR – RESTER

LE FAIRE – NE PAS LE FAIRE

FAIRE FAILLITE – NON, NE PAS LE FAIRE

VA AU TRAVAIL – REGARDE LA TÉLÉ

Tout le monde, à l’occasion, a connu ces sentiments d’ambivalence. Si vous pensez que vous êtes souvent dans ce schéma et que cela vous arrive souvent, alors décidez d’arrêter de suite. La cause de l’ambivalence est l’indécision, mais nous devons garder à l’esprit que la vérité n’est pas toujours dans l’apparence des choses.

L’indécision est une cause de l’ambivalence, mais ce n’est qu’une cause secondaire, ce n’est pas la cause primaire. J’ai étudié le comportement des gens qui sont devenus très compétents à prendre des décisions depuis plus d’un quart de siècle. Ils ont tous une chose en commun. Ils ont une très forte image de soi, un degré élevé d’estime de soi. Ils peuvent être aussi différents que la nuit l’est par rapport au jour à de nombreux autres égards, mais tous possèdent une confiance absolue.

La faible estime de soi ou le manque de confiance est le vrai coupable. Les décideurs n’ont pas peur de faire une erreur. Si et quand ils font une erreur dans leur décision, ou échouent d’une façon, ils ont la capacité d’en faire abstraction. Ils apprendront de l’expérience, mais ne se soumettront jamais à l’échec.

Chaque décideur a eu la chance d’avoir été élevé dans un environnement où la prise de décision faisait partie de son éducation, ou bien il a développé cette capacité ultérieurement lui-même. Il est conscient que toute personne qui désire vivre une vie pleine doit comprendre que la prise de décision est quelque chose qui ne peut être évitée.

C’est le principe cardinal d’une prise de décision. Décidez là où vous êtes avec ce que vous avez. C’est précisément pourquoi la plupart des gens n’ont jamais réussi à maîtriser cet aspect important de la vie. Ils permettent à leurs ressources de leur dicter si et quand une décision sera ou peut être faite. Lorsque John Kennedy a demandé à Werner Von Braun ce qu’il faudrait pour construire une fusée qui transporterait un homme sur la Lune et le ramener en toute sécurité sur la terre, sa réponse fut simple et directe. “La volonté de le faire.” Le président Kennedy n’a jamais demandé s’il était possible. Il n’a jamais demandé s’ils pouvaient se le permettre ou l’une des mille autres questions, qui aurait … à cette époque … été de circonstance.

Comment John Kennedy prend une décision

Le président Kennedy a pris une décision … Il a dit : nous allons mettre un homme sur la Lune et le ramener en toute sécurité sur la terre avant la fin de la décennie. Le fait que cela ne s’était jamais produit auparavant dans l’histoire de l’humanité n’était même pas une option. Il a décidé sur le moment même avec ce qu’il avait. L’objectif était atteint dans son esprit à la seconde où il avait pris la décision. Le reste n’était plus qu’une question de temps … régi par la loi naturelle permettant à l’objectif de se manifester sous une forme physique afin que le monde entier puisse le voir.

J’étais quelques heures auparavant dans un bureau avec trois personnes. Nous parlions de l’achat d’actions d’une société. Je vendais, ils achetaient. Après un laps de temps raisonnable, l’un des partenaires m’a demandé quand je souhaitais obtenir une réponse. Je lui ai répondu : « maintenant. » J’ai ajouté: «Vous savez déjà ce que vous voulez faire. » Il y eut quelques discussions autour de l’argent. J’ai fait remarquer que l’argent n’avait rien à voir avec leur décision. Une fois que vous prenez la décision, vous trouverez de l’argent, à chaque fois. Si c’est le seul avantage que vous recevrez en lisant ce message particulier sur la prise de décision, alors gravez-le dans votre esprit. Il changera votre vie. J’ai ensuite expliqué à deux des personnes avec qui je négociais que je ne laissais jamais l’argent interférer dans mon esprit lors d’une prise de décision. Si je peux me le permettre ou non n’est jamais pris en considération.

Que je le veuille ou non est la seule considération. Vous pouvez vous permettre n’importe quoi, il y a une quantité infinie d’argent. Tout l’argent du monde est à votre disposition lorsque la décision est bien faite. Si vous avez besoin d’argent, vous l’attirerez.

Je suis bien conscient qu’il y a un certain nombre de gens qui diront que c’est absurde. Qu’ils ne peuvent pas décider de faire quelque chose s’ils n’ont pas toutes les ressources nécessaires. Si c’est leur façon de penser, c’est très bien. Je vois cela comme une manière très restrictive de penser. En vérité, ce n’est sans doute même pas la façon de penser … cela ressemble plutôt à une opinion exprimée, sans doute héritée d’un autre membre plus âgé de leur famille qui n’a même pas pensé à quoi que ce soit.

Penser ou réfléchir est très important. Les décideurs sont de grands penseurs. Avez-vous déjà envisagé d’examiner vos pensées? … comment elles affectent les différents aspects de votre vie? Bien que cela doive être l’une de nos considérations les plus importantes, pour beaucoup de personnes, ce ne l’’est pas. Il y a cependant un petit groupe de personnes sélectionnées qui essayent de contrôler ou d’orienter leurs pensées.

Toute personne qui a fait une étude sur les grands penseurs, les grands décideurs, les grands hommes de l’histoire, sait que très rarement, ils sont d’accord sur quoi que ce soit quand il s’agit de l’étude de la vie humaine. Cependant, il y a un point sur lequel tous étaient en accord complet et unanime et cela est : «Nous devenons ce que nous pensons.”

Que pensez-vous? Vous et moi devons comprendre que nos pensées en fin de compte contrôlent chaque décision que nous prenons. Vous êtes la somme de vos pensées. En prenant en charge cette minute même, vous pouvez vous garantir une bonne journée. Refusez de laisser des personnes malheureuses, négatives ou des circonstances vous affecter.

La plus grande pierre d’achoppement que vous rencontrerez lors de la prise de décisions importantes dans votre vie est les circonstances. Nous les laissons nous détourner de notre objectif. Énormément de rêves sont brisés et des objectifs sont perdus à cause des circonstances plus que tout autre facteur.

Combien de fois vous êtes-vous pris en flagrant délit disant: «Je tiens à faire cela, mais je ne peux pas parce que … » Tout ce qui suit “parce que” représente les circonstances. Elles peuvent vous entraîner à faire un détour dans votre vie, mais il ne faut jamais leurs permettre de vous empêcher de prendre des décisions importantes.

Napoléon a dit:

Les circonstances, je les fais.

La prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire qu’il aimerait aller en vacances à Paris, ou acheter une voiture en particulier, mais qu’il ne peut pas se le permettre parce qu’il n’a pas d’argent, expliquez-leur pourquoi il n’a pas besoin de l’argent avant que sa décision d’aller à Paris ou d’acheter une voiture ne soit réellement prise.  Lorsque la décision est prise, il trouvera toujours un moyen d’obtenir le montant nécessaire. Cela s’est vérifié à chaque fois.

De nombreux individus malavisés tentent de faire quelque chose une fois ou deux et s’ils n’y arrivent pas, ils ressentent in sentiment d’échec. Echouer ne veut certainement pas dire que vous êtes un raté, mais si vous abandonnez cela le fera très certainement et « abandonner » est une décision. En suivant cette forme de raisonnement, vous pourriez dire qu’à chaque fois que vous prenez la décision d’abandonner vous prenez la décision d’échouer.

Chaque jour, en Amérique, vous entendez parler d’un joueur de baseball qui a signé un contrat qui lui rapportera quelques millions de dollars par an. Vous devriez essayer de garder ceci à l’esprit … ce même joueur ratera la balle plus souvent qu’il ne marquera un but.

Tout le monde se souvient de Babe Ruth qui a frappé 714 coups de circuit, mais il a rarement été mentionné qu’il a échoué 1.330 fois.

Charles F. Kettering dit, et je cite: «Quand vous inventez, si vous ratez 999 fois mais réussissez une fois, vous avez réussi. »

Cela est vrai pour n’importe quelle activité que vous pouvez imaginer ; le monde oubliera vos échecs face au succès de vos réalisations. Ne vous inquiétez pas si vous allez échouer ou non, cela vous endurcira et vous préparera pour votre grande victoire. Gagner est une décision.

Il y a plusieurs années, une question avait été posé à Helen Keller à savoir si elle pensait qu’il y avait quelque chose plus pire que d’être aveugle. Elle a rapidement répondu qu’il y avait quelque chose de bien pire. Elle dit: «La personne la plus pathétique dans le monde est une personne qui a la vue, mais pas de vision. » Je suis d’accord avec Helen Keller.

À 91 ans, J. C. Penny avait été questionné à propos de sa vue. Il répondit que sa vue baissait, mais que sa vision n’avait jamais été meilleure. C’est vraiment super, n’est-ce pas?

Quand une personne n’a pas de vision d’une vie meilleure, elle s’enferme automatiquement  dans une prison, elle se limite à une vie sans espoir. Cela arrive souvent lorsqu’une personne à maintes reprises à sérieusement essayer de réussir et s’est retrouvé face à des échecs maintes fois. Les échecs répétés peuvent endommager l’image de soi de la personne et lui faire perdre de vue leur potentiel. C’est pourquoi elle prend donc la décision d’abandonner et de se résigner à son sort.

Faites le premier pas dans la prédiction de votre propre avenir prospère. Construisez une image mentale comment vous voulez exactement vivre. Prenez la décision ferme de maintenir cette vision et des manières positives d’améliorer tout ce qui commencera à émerger dans votre esprit.

Beaucoup de personnes obtiennent une belle vision de la façon dont elles voudraient vivre, mais parce qu’elles ne voient pas comment tout cela sera possible, elles abandonnent leur vision. Si elles savaient comment elles allaient l’obtenir ou le faire, elles auraient un plan et non pas une vision. Il n’y a aucune source d’inspiration dans un plan, mais il y en a sûrement dans une vision. Lorsque vous avez la vision, gelez-là, encadrez-là avec une décision et ne vous inquiétez pas comment vous allez la réaliser ou d’où les ressources viendront. Soyez très enthousiaste à propos de cette décision … c’est ce qui est important. Refusez de vous soucier de la façon dont cela va se produire.

La prise de décision avancée.

Nous réservons à l’avance lorsque nous devons voyager quelque part – c’est assez commun. Nous faisons cela à l’avance afin d’éliminer toute confusion ou problème lorsque le moment de voyager arrive. Nous faisons la même chose et pour la même raison, lorsque nous louons une voiture. Pensez aux problèmes que vous  éliminerez en prenant toutes les  décisions que vous savez devoir prendre … bien à l’avance. Je vais vous donner un excellent exemple, étant donné que je prépare ce message durant le Ramadan, une période où tous les musulmans pratiquent le jeûne. J’étais dans un bureau, hier à Kuala Lumpur et on m’a demandé si je voulais boire une tasse de thé ou de café. J’ai répondu que j’aimerais bien une tasse de thé. Puis on a posé la question à la dame près de moi qui a aussitôt répondu … “Non, je suis à jeun.” Lorsqu’on lui a demandé, elle n’avait pas eu à décider si elle voulait quelque chose ou non. Qu’elle ait soif ou non n’était pas une considération. Sa décision était déjà prise, et sa décision prise à l’avance était imprégnée de discipline.

Exactement le même concept fonctionne avec des personnes lorsqu’elles suivent un régime afin de relâcher du poids. Leurs décisions sont prises à l’avance. Si on leur offre une grosse tranche de gâteau au chocolat, elles ne diront pas : “Waouh, il a l’air bon … Je me demande si je devrais.” Leur décision est prise à l’avance.

J’ai pris une décision il y a bien longtemps de ne plus participer à des discussions pour savoir pourquoi quelque chose ne peut être faite. La seule compensation que vous recevrez de votre participation à de telles discussions est de donner de l’énergie à quelque chose que vous ne voulez pas. Je trouve toujours étonnant le nombre de personnes apparemment intelligentes qui persistent à vous entraîner dans des séances de brainstorming négatives. En un souffle, ces personnes vous diront qu’elles veulent sérieusement atteindre un objectif particulier. Et, au prochain souffle, elles commenceront à vous dire pourquoi elles ne le peuvent pas. Pensez à combien plus elles prendront plaisir à la vie en prenant une décision de ne plus participer à ce type d’énergie négative.

Le psychologue humaniste, le Dr Abraham Maslow, qui a consacré sa vie à étudier les personnes auto-actualisées, a déclaré très clairement que nous devons suivre notre guide intérieur et ne pas être influencés par l’opinion des autres ou des circonstances extérieures. La recherche de Maslow a montré que les décideurs dans la vie avaient un certain nombre de choses en commun, et surtout, qu’ils travaillaient et qu’ils se sentaient utiles et importants. Ils trouvaient du plaisir au travail, et qu’il y avait peu de différence entre travailler et jouer. Dr Maslow dit, que pour s’auto-actualiser,  il ne faut pas seulement faire le travail que vous considérez comme important, mais vous devez bien le faire et y tirer du plaisir.

Dr Maslow a constaté que ces exécutants supérieurs avaient des valeurs, ces qualités dans leur personnalité qu’ils considéraient comme utiles et importantes. Leurs valeurs ne sont pas imposées par la société, les parents ou autres personnes dans leur vie. Ils prennent leurs propres décisions. Ils aiment leur travail, ils choisissent et développent eux-mêmes leurs valeurs.

Votre vie est importante et, à son meilleur, la vie est courte. Vous avez la possibilité de faire ce que vous choisissez, et de bien le faire. Mais, vous devez prendre des décisions et lorsque le moment de prendre une décision arrivera, vous devez prendre votre décision où vous êtes avec ce que vous avez.

Je vous laisse avec les mots de deux grands décideurs, William James et Thomas Edison. William James a suggéré que, par rapport à ce que nous devons être, nous faisons usage de seulement une infime partie de nos ressources physiques et mentales. Déclarer ce concept large, l’individu humain à ce jour vit bien en dessous de ses limites. Il possède des pouvoirs de toutes sortes dont il ne parvient pas habituellement à s’en servir.

Des années plus tard, Thomas Edison a dit, et je cite:

Si nous faisons toutes les choses dont nous sommes capables de faire, nous nous étonnerons littéralement.

En prenant une simple décision, les plus grands esprits du passé sont à votre disposition. Vous pouvez littéralement apprendre à transformer vos rêves les plus fous en réalité.

Utilisez ces précieuses informations et reconnaissez la grandeur qui existe en vous. Vous avez des ressources illimitées de potentiel et une capacité en attente d’être développée. Commencez dès aujourd’hui car il n’y a jamais eu un meilleur moment autre que le présent. Soyez tout ce dont vous êtes capable d’être.

Réservez dès maintenant un appel gratuit pour une stratégie réussie.

Pin It on Pinterest